Bastia Festival de Bastia, Corse Le Madrigal en son jardin

2 & 3 mai

Un très joli programme présentant des madrigaux anglais et italiens, et quelques divagations vers l'Allemagne, au gré de nos envies !

Fête du chant et peinture du mot, le madrigal est le genre musical chéri des muses et des poètes.Une musique quotidienne qui envahit les palais et les cours princières aussi bien que les salons des notables et des bourgeois et les lieux populaires. Ce véritable « phénomène de société » musical se développe dans toute l’Italie, berceau et patrie du madrigal, et voyage dans des contrées plus lointaines encore. Nous vous embarquerons donc, au gré de nos envies et de nos divagations, dans l’Europe musicale des 16è et 17è siècle, voire plus loin… Un concert-découverte, moment idéal pour écouter les sonorités et timbres rares de l’époque du premier baroque musical. Le point de départ de ce nouveau programme est le madrigal : ce nouveau genre apparait dès la fin du Moyen-âge. Il connait un développement incroyable à partir de 1530, d’abord à Rome, puis en Italie, et enfin dans toute l’Europe. Fête du chant et peinture du mot, le madrigal a été chéri des muses et des poètes, au fil d’une complicité intime entre la mélodie et la langue italienne. À travers cette interaction, c’est l’une des aventures fondatrices de la musique occidentale qui s’incarne en lui. Ce genre connait, au 16è siècle, une fortune singulière, reflet d’une pratique collective où l’approche des simples amateurs est des familles n’est pas découragée par celle des chanteurs professionnels des cours princières. Il s’agit donc d’une musique de consommation domestique et quotidienne qui fait entendre des airs que tous connaissent, des Palazzi princiers aux villas des notables et des bourgeois. Ce véritable « phénomène de société » se développe dans toute l’Italie, berceau et patrie du madrigal, mais fait le détour par d’autres contrées. Nous vous ferons donc voyager, au gré de ces madrigaux puis de nos envies et divagations, dans l’Europe musicale des 16è et 17è siècles, avec un passage obligé en Italie et en Angleterre

 

Capucine Keller ou Dagmar Saskova, soprano • Judith Pacquier cornet à bouquin, flûte à bec • Laurent Stewart orgue

Sarrebourg Festival de Sarrebourg Canzoni e Sonate

18 mai 11h Chapelle des Cordeliers

Etranges, fantasques, théâtrales, extraverties, vocales, fantastiques : à mi chemin entre la chambre, l’église et le théâtre, les Canzoni et autres Sonates instrumentales font leur apparition à l’aube de la période baroque, et sont contemporaines des polémiques célèbres (Claudio Monteverdi et Giovanni Maria Artusi, entre autre) qui virent la naissance du stil moderno, en regard du stil antico. À la fin du 16è siècle, le rôle de tout bon instrumentiste est l’imitation du chant et de la voix humaine, souvent en doublant les chanteurs, parfois pour remplacer un chanteur manquant dans la polyphonie. Peu à peu, l’instrumentiste s’émancipe de cette pratique, notamment par l’ajout de diminutions : ces petites notes et formules qui permettent de passer d’une valeur longue à une autre note en diminuant sa valeur rythmique vont permettre de pouvoir envisager la naissance d’un répertoire spécifiquement instrumental, et de plus en plus virtuose et extraverti. Les premières sonates de l’histoire del a musique porteront d’ailleurs le nom de «chansons », appelées en italien Canzone. Si certaines de ces premières sonates restent souvent inspirée d’une forme vocale, d’autres nous plongent rapidement dans l’exploration d’un « nouveau monde », dans lesquels inventivité, virtuosité et innovation sont les maitre mots.

Dijon Opéra de Dijon Vespro della Beata Vergine, Claudio Monteverdi

30 mai 20h Auditorium de Dijon

C’est en 1610 que sont publiées les Vêpres à la Vierge, partition d’une exubérance sonore, d’une modernité et d’une diversité, absolument extraordinaire.

C’est en 1610 que sont publiées les Vêpres de la Vierge,partition d’une exubérance sonore, d’une modernité et d’une diversité, absolument extraordinaire. Avec cette pièce maîtresse dédiée au pape Paul V, démonstration péremptoire et magnifique des hauteurs de son art et de son inspiration, illustration militante et exemplaire du dogme du culte de la Vierge réaffirmé par le récent Concile de Trente, Monteverdi se place. Rome, Caput Mundi, ne serait-ce pas le champ d’action idéal pour le plus grand compositeur de son époque ? Hélas, les grands de ce monde ne prêtent pas toujours oreille aux pouvoirs de la musique. C’est à Venise, trois ans plus tard, que Monteverdi trouvera un point de chute à sa mesure. Saint-Marc, ses ors byzantins, sa sensualité orientale, ses coupoles qui semblent comme prédestinées tant aux couleurs voluptueuses qu’aux polyphonies spatialisées de ces Vêpres luxuriantes. Venise, qui s’apprête à devenir la capitale d’un genre nouveau : l’opéra.

Saint-Claude Festival de musique baroque du Jura Vespro della Beata Vergine, Claudio Monteverdi

31 mai 20h Cathédrale

C’est en 1610 que sont publiées les Vêpres à la Vierge, partition d’une exubérance sonore, d’une modernité et d’une diversité, absolument extraordinaire.

C’est en 1610 que sont publiées les Vêpres de la Vierge,partition d’une exubérance sonore, d’une modernité et d’une diversité, absolument extraordinaire. Avec cette pièce maîtresse dédiée au pape Paul V, démonstration péremptoire et magnifique des hauteurs de son art et de son inspiration, illustration militante et exemplaire du dogme du culte de la Vierge réaffirmé par le récent Concile de Trente, Monteverdi se place. Rome, Caput Mundi, ne serait-ce pas le champ d’action idéal pour le plus grand compositeur de son époque ? Hélas, les grands de ce monde ne prêtent pas toujours oreille aux pouvoirs de la musique. C’est à Venise, trois ans plus tard, que Monteverdi trouvera un point de chute à sa mesure. Saint-Marc, ses ors byzantins, sa sensualité orientale, ses coupoles qui semblent comme prédestinées tant aux couleurs voluptueuses qu’aux polyphonies spatialisées de ces Vêpres luxuriantes. Venise, qui s’apprête à devenir la capitale d’un genre nouveau : l’opéra.