Pat a Mat

C’est un programme très original que présentent ici Les Traversées Baroques : ce ciné-concert dont la musique a été écrite par Etienne Meyer pour une formation inédite (cornet à bouquin, sacqueboute basse et accordéon) s’appuie sur des images d’animation venant de République tchèque. Les trois musiciens jouent en direct sur l’image calés sur une bande-son connectée à l’image. Cinq courts-métrages qui suivent les aventures de Pat et Mat : c’est dans un film appelé «Les Bricoleurs» que ces personnages apparaissent pour la première fois en 1976. Pat et Mat sont deux petits bonhommes en pâte à modeler animée conçus par les Tchèques Lubomír Beneš et Jiří Trnka. Ils passent leur temps à vouloir réparer des objet de manière astucieuse (selon eux), ce qui donne toujours un résultat catastrophique dont ils sont pourtant satisfaits. Les personnages sont en plasticine, et les scènes sont animées image par image : il s’agit d’une suite de photos d’une scène fixe, les réalisateurs modifiant la position des personnages au fil de la construction de leur histoire. Ce ciné-concert a été créé en décembre 2012 et est programmé de manière régulière depuis sa création.

Le Criquet

Ce ciné-concert pour enfants a été créé en décembre 2013. Une musique originale, cette fois pour cornet à bouquin, psaltérion et viole de gambe, qui a été écrite par Etienne Meyer sur de très belles images : Zdenek Miler est un très grand nom de l’animation tchèque. Son œuvre compte quelque soixante-dix films, parmi lesquels son personnage de prédilection, la petite Taupe, créée en 1957, occupe une place de choix. Il crée également, entre 1978 et 1979, sept courts-métrages mettant en scène un criquet. On y suit avec ravissement les fantaisies musicales et forestières du petit animal et de son violon, au fil d’aventures poétiques sans parole. Le rythme donné par la spécificité de cette technique de montage d’animation est un cadre de composition pour Etienne Meyer, qui propose dans cette création originale une musique aux multiples facettes, se mettant totalement au service de l’image. Ce ciné-concert est repris régulièrement depuis sa création, et sera redonné dans le cadre des Goûters de l’Opéra à Dijon le 18 avril 2015.

De Profundis Clamavi

La voix humaine fascine : mais si beaucoup de concerts et récitaux sont aujourd’hui dédiés aux multiples compositions pour sopranos, sopranistes, contraltos et autres contre-ténors, il est une voix souvent délaissée : celle du chanteur basse. Soutien et pilier dans la musique polyphonique, son rôle ne s’arrête pas là pour autant : Luigi Zenobi en décrit vers 1600, dans sa raccolta di lettere varie, les qualités. Il y dit notamment qu’un bon chanteur basse doit « avoir le trillo et le tremolo nets, ainsi qu’une voix, dans l’aigu et dans le grave, égale de timbre. Sans quoi on ne pourra pas appeler basse celui qui ne parcourt pas vingt-deux notes de l’aigu au grave avec une égale rondeur de timbre.» Claudio Monteverdi, Tarquinio Merula et Sisto Reina écriront pour ces chanteurs basses virtuoses des pièces mettant en valeur leurs extraordinaires capacités musicales et vocales ; et cette tradition se perpétue dans l’Europe entière. Nous pouvons ainsi remonter jusqu’à Gdansk par exemple, où le chanteur basse virtuose et compositeur Kaspar Förster écrit pour lui même des compositions montrant sa grande capacité à la prouesse vocale.

Qui mieux que Renaud Delaigue, ce chanteur basse virtuose qui réunit à lui seul les multiples talents nécessaires à la reprise de telles compositions, pouvait relever ce défi ? Car il s’agit bien là d’un vrai tour de chant, d’une véritable prouesse musicale que notre chanteur relève dans ce programme…

 

 » Qui veut chasser… « 

… une migraine n’a qu’à boire toujours du bon, et maintenir la table pleine de servelas et de jambon. L’eau ne fait  rien que pourrir le poulmon, boute boute compagnons, vide nous ce verre et nous le remplirons… Beuvons donc tous à la bonne heure pour nous esmouvoir le rognon, et que celuy d’enstre nous meure qui dédira son compagnon…” La bonne chère et les bons vins ont toujours fait bon ménage avec le musicien… Il n’est donc pas étonnant de trouver, tout au long de l’histoire de la musique, des compositeurs s’intéressant aux plaisirs de la table, quand ceux-ci ne sont pas directement reliés aux plaisirs de la chair. Passez à table avec Les Traversées Baroques en découvrant les textes mis en musique par Gabriel Bataille, Guillaume Costeley et bien d’autres. Un programme à consommer sans modération ! 

JudithPetits effectifs