Retrouvez ici les différents programmes à venir pour la reprise : dates et lieux, en France et ailleurs : au plaisir de vous y retrouver vite, très cher public !

Divagations musicales autour d’un clavecin

C’est un concert aux allures de concert inaugural qui vous êtes proposé ici : nous avons décidé il y a deux ans de pouvoir avoir notre propre clavecin. Après quelques voyages et autres aventures pour en choisir le constructeur, après plus d’un an d’attente, voici donc l’instrument qui arrive à Dijon ! Nous vous raconterons cette histoire en musique, notre claveciniste Laurent Stewart sera accompagné pour ce concert de la soprano Dagmar Saskova et du ténor Etienne Meyer. Sans oublier la cornettiste Judith Pacquier. Au programme ? Ce clavecin arrivant tout droit de Bologne, c’est bien sûr la musique italienne qui fera résonner les voûtes de la galerie 18è, au cœur du Musée des Beaux Arts.

Le 18 août • Dijon, Galerie XVIIIè, musée des Beaux-Arts

Regards Croisés

Claudio Monteverdi, Etienne Meyer : rencontre entre un compositeur d’aujourd’hui et la musique du génial maître de chapelle de la basilique de Saint-Marc de Venise… Comment un compositeur actuel s’approprie-t-il et transpose-t-il l’héritage d’un langage inventé il y a 400 ans ? Comment va-t-il utiliser les timbres des instruments anciens, les textes, les éléments mélodiques, les jeux d’écho, les harmonies… ? « Claudio Monteverdi est une référence de taille. Je n’entends absolument pas me mesurer ou me comparer à lui, cela n’aurait évidemment aucun sens. Je me sers plutôt de sa musique comme d’un point de départ à la nouvelle composition » . Une carte blanche aux allures de challenge proposée ici à Etienne Meyer !

Mielczewski, la fête du croissant (baroque) ! 

Imaginer une rencontre musicale entre Monteverdi et l’un des plus brillants compositeurs Polonais ? Et il n’est pas abusif de voir en Marcin Mielczewski (c.1600-1651) un émule particulièrement doué de Monteverdi. Trop oublié aujourd’hui, on sait que ses oeuvres furent largement diffusées et jouées, de Paris à la Russie en passant par le Danemark ou encore la Silésie, la Moravie et l’Ukraine, et ce plusieurs décennies après sa disparition. Sa musique est grandiose, elle témoigne une véritable virtuosité dans le maniement des différents plans sonores de l’écriture poly-chorale.

Le 28 août • Festival International de Sarrebourg
Le 3 octobre • Dijon, Festival Musique en Ville
Domenico Mazzocchi, Prima le Parole

La vie et la carrière de Domenico Mazzocchi sont l’exemple même de la condition aisée et mondaine d’un musicien cultivé à Rome au 17è siècle.  La protection des familles Aldrobrandini,  Barberini, pamphilij et Borghese lui vaut une réputation tenace de musicien dilettante,  d’autodidacte ou d’amateur : si cette condition de gentilhuomo le tient en effet à l’abri des soucis financiers,  s’il n’est attaché à aucune chapelle ou institution musicale,  Domenico Mazzocchi n’en est pas moins un érudit,  historien passionné par l’antiquité,  un lettré et un musicien « poète » très attaché au choix de ses textes. Son œuvre musicale reflète parfaitement la richesse de la culture romaine de l’époque.  Domenico Mazzocchi,  gentilhomme di naturale modestia e gentilezza di maniere,  contribue par l’écriture de ces madrigaux à l’évolution de la musique de son temps,  dans la lignée de Caccini et à la suite de Claudio Monteverdi,  à servir la cause de la Seconda Prattica,  sa devise étant : l’oratione sia padrone del armonia e non serva (que l’art oratoire soit le maître de l’harmonie, et non son serviteur).

Le 4 septembre • Création du programme à Bussy-Rabutin
Du 27 septembre au 1er octobre • Enregistrement à Sarrebourg
Tupasy Maria

 Les Traversées Baroques explorent les riches couleurs musicales des oeuvres mariales baroques venant du Pérou, du Mexique, du Guatemala, de Bolivie ou d’Espagne. Tupasy Maria, « mère de Dieu » en langue guarani, est un chant sacré de la région de Chiquitos, en Bolivie. La préexistence des cultes de déesse-mère est rapidement perçue par les différents ordres évangélisateurs sur tout le continent américain. Ils y voient, avec l’idée de cette guerre d’images et de symboles livrée entre les pensées amérindiennes et occidentales, l’équivalent du culte à la Vierge chez les catholiques. Juan de Araujo, Torrejon y Velazco, Zipoli, Flores : des villancicos et autres chants sacrés d’Amérique, tout un programme !

Le 12 septembre • Fresnes, L’Art de la fugue
Musique à la Cité des Rois

Séville, Lima, Cuzco, embarquement immédiat ! Les Traversées Baroques s’embarquent sur les routes maritimes, vers l’Eldorado musical de la Cordillère des Andes. Juan de Araujo, Tomas Torrejon y Velasco, Juan de Salazar, Roque de Chavarria : autant de compositeurs qui ont eu pour mission de nourrir la vie musicale à l’autre bout du monde. Un programme qui illustre parfaitement la variété de caractère des œuvres écrites dans le nouveau monde : intimité, déploration ferveur, fêtes, batailles, tumulte, tout y est. L’auditeur est plongé dans un bain de musique sacrée écrite à double et triple chœurs. Il découvre également le villancico, forme musicale et poétique très représentative de l’époque. Les Traversées Baroques s’attachent ici à représenter ce que fût l’étonnante transfusion esthétique du Siglo de Oro de lapéninsule ibérique vers les nouveaux mondes conquis … à découvrir absolument !

Le 18 septembre • Bron, Festival d’Ambronay
Le 19 septembre • Journées du patrimoine, Ambronay
Bonaventura Aliotti – Il trionfo della Morte

C’est en 1686 que fut représentée à la cour de Francesco II d’Este à modèle une œuvre qui suscita immédiatement l’admiration de tous : Il trionfo della Morte per il peccato d’Adamo ; dialogue, composé et créé en 1677 à Ferrare par Bonaventura Aliotti, confrontant Adam et Ève à la tentation, mais également à leur passion amoureuse, leurs tourments et leurs doutes… Avec Capucine Keller (Eve), Anne Magouët (la Raison), Maximiliano Baños (la Mort), Vincent Bouchot (Adam) et Renaud Delaigue (Dieu, Lucifer, le Sens). Direction Etienne Meyer, mise en espace Jeanne Desoubeaux.

Le 15 octobre • Festival de Musique du Haut-Jura
Le 17 octobre • Festival de Lanvellec
Le Ballon Rouge – Ciné-concert aérien 

Paris, 1950 : Pascal, un bambin de 6 ans, libère un ballon rouge accroché à un réverbère, qui se met à le suivre partout où il va et devient son ami. La délicatesse du récit cinématographique est soulignée ici par la musique d’Etienne Meyer : il signe une oeuvre toute en finesse pour quatre instruments baroques dont il revisite les timbres. Un appel au voyage dans un univers sonore et cinématographique d’exception, vous en sortirez enchantés. Avec Judith Pacquier (cornet à bouquin), Christine Plubeau (viole de gambe), François Hagenmuller (percussions) et David Chevallier (théorbe et banjo).

Le 7 octobre  • Sennecey-lès-Dijon, Saison Arts & Scènes
Le 8 octobre  • Thoisy le désert, Saison Arts & Scènes
Le 9 octobre  • Paray le Monial
Les 18 et 19 octobre • Relais culturel de Bischwiller
Les 20 et 21 octobre • La K’Artonnerie (Schweighouse)
Le 19 décembre • Théâtre de Semur en Auxois, saison Arts & Scènes
JudithLes prochains concerts