Retrouvez ici les différents programmes à venir en 2022 : au plaisir de vous y retrouver !

Domenico Mazzocchi, Prima le Parole

La vie et la carrière de Domenico Mazzocchi sont l’exemple même de la condition aisée et mondaine d’un musicien cultivé à Rome au 17è siècle.  La protection des familles Aldrobrandini,  Barberini, pamphilij et Borghese lui vaut une réputation tenace de musicien dilettante,  d’autodidacte ou d’amateur : si cette condition de gentilhuomo le tient en effet à l’abri des soucis financiers,  s’il n’est attaché à aucune chapelle ou institution musicale,  Domenico Mazzocchi n’en est pas moins un érudit,  historien passionné par l’antiquité,  un lettré et un musicien « poète » très attaché au choix de ses textes. Son œuvre musicale reflète parfaitement la richesse de la culture romaine de l’époque.  Domenico Mazzocchi,  gentilhomme di naturale modestia e gentilezza di maniere,  contribue par l’écriture de ces madrigaux à l’évolution de la musique de son temps,  dans la lignée de Caccini et à la suite de Claudio Monteverdi,  à servir la cause de la Seconda Prattica,  sa devise étant : l’oratione sia padrone del armonia e non serva (que l’art oratoire soit le maître de l’harmonie, et non son serviteur).

Avril • Sortie officielle du disque pour le label ACCENT
Le 2 juin • 1 représentation à l’Opéra de Dijon
Le 4 juin • 1 représentation au festival La Folia (Suisse)
Bonaventura Aliotti – Il trionfo della Morte

C’est en 1686 que fut représentée à la cour de Francesco II d’Este à modèle une œuvre qui suscita immédiatement l’admiration de tous : Il trionfo della Morte per il peccato d’Adamo ; dialogue, composé et créé en 1677 à Ferrare par Bonaventura Aliotti, confrontant Adam et Ève à la tentation, mais également à leur passion amoureuse, leurs tourments et leurs doutes… Avec Capucine Keller (Eve), Anne Magouët (la Raison), Maximiliano Baños (la Mort), Vincent Bouchot (Adam) et Renaud Delaigue (Dieu, Lucifer, le Sens). Direction Etienne Meyer, mise en espace Jeanne Desoubeaux.

Le 25 juin • Festival Les Traversées de Noirlac
Le 22 juillet • Festival Musique et Mémoire
La Pellegrina – Une fête florentine – Création 2022

Florence, 1589. Officiellement, la terre est au centre du monde, et l’opéra n’existe pas. L’art lyrique ne naîtra que dix ans plus tard, sous la plume de Jacopo Peri. Mais le monde de la Renaissance est alors en ébullition, pressentant de grands chamboulements. Un événement très attendu, le mariage princier de Christine de Lorraine à Ferdinand de Médicis, vient accélérer une véritable révolution artistique. Le Grand Duc succède à un frère impopulaire, il veut donc marquer les esprits et organise une fête totale : neuf mois de préparation, des centaines d’artistes et de corps de métiers mobilisés, plus d’un mois de festivités, c’est le plus grand divertissement culturel de l’Europe à la fin du 16è siècle. Sept des plus grands compositeurs de l’époque sont alors sollicités pour l’écriture d’intermèdes musicaux qui viennent ponctuer une pièce de théâtre intitulée La Pellegrina : Cristofano Malvezzi, Antonio Archilei, Emilio de Cavalieri, Luca Marenzio, Giulio Caccini, Giovanni de Bardi et Jaccopo Peri. Ces mêmes compositeurs qui, dix années plus tard, feront naître l’Opéra aux côtés d’un certain Claudio Monteverdi…

Le 29 juillet • Festival Valloire Baroque
Le 16 octobre • Festival Musique en Ville Dijon
Le Criquet, ciné-concert poétique 

Imaginé en 1978 par le célèbre artiste tchèque Zdenk Miler (La petite taupe), ce petit criquet est un personnage sympathique et atypique. Zdenk Miler créé ici un univers enfantin plein de douceur. Il y expose de manière très simple des thématiques d’actualité. La musique tient une place centrale dans les images, puisque tous les personnages de cette forêt jouent d’un instrument. Vous y croiserez de nombreux animaux : une sauterelle, un poisson, une araignée, des coccinelles, une poule, une souris, une abeille ou encore un hérisson. Une véritable exploration du règne animal pour nos jeunes spectateurs ! Etienne Meyer a écrit une musique tout en finesse qui vient compléter cet univers poétique…

Du 15 au 22 mars • Théâtre de Bourg en Bresse, Les petites scènes vertes, 12 représentations
24 & 25 mars • Sarrebourg, Rencontres Musicales de Saint-Ulrich, 3 représentations
20 juin • Chalon sur Saone, Lusigny sur Ouche, 3 représentations
21 & 22 juin • Dijon, 3 représentations
8 & 9 juillet • La Turbine (Champigny les Maranges) Lusigny sur Ouche, 2 représentations
Méliès, voyage à travers l’impossible et autres boniments – création 2022
31 juin deux mille vingt-et-onze : mesdames et messieurs Moulard, Lataupe, Latrouille et Patoche, descendants des membres de l’Institut de Géographie Incohérente, se réunissent. Comme chaque année à la même date, ils rendent hommage à leurs ancêtres en célébrant ensemble le souvenir du Voyage à travers l’impossible entrepris par eux le 31 juin mille huit cent octante vingt-quatre. Cet évènement historique et retentissant avait alors fait l’objet d’un documentaire dont le négatif et la seule copie complète ont été perdus à jamais dans un dramatique incendie. Aujourd’hui, Etienne Méliès, le fameux bonimenteur et arrière petit-fils de Georges Méliès, réalisateur du documentaire perdu, revient des États-Unis,: une visite qui va bouleverser à jamais leurs existences… Ce nouveau ciné-concert est proposé par Les Traversées Baroques dans une mise en scène de Vincent Bouchot, sur une musique originale d’Etienne Meyer, à partir de deux courts-métrages de Georges Méliès :  Le Royaume des fées (1903) et le Voyage vers l’impossible (1904). Un spectacle qui va au-delà du ciné-concert traditionnel, pour découvrir l’univers incroyable et magique du génial Méliès !
Du 28 au 30 mars • Résidence de création au Centre Culturel de Rencontres d’Ambronay
Le 8 mai • Sarrebourg, Rencontres Musicales de Saint-Ulrich, création du spectacle
Du 20 au 28 septembre • 14 représentations à Ambronay
Le 9 novembre • 2 représentations à l’Opéra de Dijon
Le 16 décembre • 2 représentations au festival de musique baroque de Pontoise
Le 18 décembre • 1 représentation au théâtre de Semur en Auxois
Le Ballon Rouge – Ciné-concert aérien 

Paris, 1950 : Pascal, un bambin de 6 ans, libère un ballon rouge accroché à un réverbère. Ce ballon se met à le suivre partout où il va, devenant ainsi son ami. Cette étonnante complicité suscite la curiosité, puis la jalousie des plus grands, qui, cherchant en vain à s’approprier ce ballon apprivoisé, finissent par le faire éclater…Entre humour et sensibilité, ce magnifique conte cinématographique a été réalisé en 1956 par le cinéaste Albert Lamorisse, remarqué quelques années auparavant pour avoir réalisé Crin Blanc. La délicatesse du récit cinématographique est soulignée ici par la musique d’Etienne Meyer, qui signe ici une oeuvre toute en finesse. Ce spectacle est un appel au voyage dans un univers sonore et cinématographique d’exception, vous en sortirez enchantés. Durée 45mn, dès 3 ans.

Du 2 au 6 mai • Sarrebourg, Rencontres Musicales de Saint-Ulrich, 7 représentations
Tupasy Maria

Les Traversées Baroques explorent les riches couleurs musicales des oeuvres mariales baroques venant du Pérou, du Mexique, du Guatemala, de Bolivie ou d’Espagne. Tupasy Maria, « mère de Dieu » en langue guarani, est un chant sacré de la région de Chiquitos, en Bolivie. La préexistence des cultes de déesse-mère est rapidement perçue par les différents ordres évangélisateurs sur tout le continent américain. Ils y voient, avec l’idée de cette guerre d’images et de symboles livrée entre les pensées amérindiennes et occidentales, l’équivalent du culte à la Vierge chez les catholiques. Juan de Araujo, Torrejon y Velazco, Zipoli, Flores : des villancicos et autres chants sacrés d’Amérique, tout un programme !

Le 28 août • Romainmôtier (Suisse)
JudithLes prochains concerts