Retrouvez Les Traversées Baroques dans ce ciné-concert original à la scène nationale Les 2 scènes » de Besançon le jeudi 22 novembre prochain ! Avec Etienne Meyer pour la composition à l’image et la direction, Judith Pacquier au cornet à bouquin, Julie Friez au violon baroque, Marion Martineau au violoncelle baroque, Nicolas Chesneau au piano et Hervé Voirin aux percussions.

The Wind, une musique qui décoiffe !

Une création musicale d’Étienne Meyer, un film de Victor Sjöström. Sublimé par la remarquable Lillian Gish, l’une des stars les plus marquantes de son époque, The Wind raconte l’histoire de la jeune Letty qui, devenue orpheline, quitte sa Virginie natale pour vivre chez son cousin au Texas. Elle découvre qu’il vit chichement dans une région très inhospitalière et isolée, où le vent souffle en permanence. Poussée par une parente jalouse, Letty doit épouser un modeste cowboy, Lige. Une tempête de sable éclate alors que ce dernier part en expédition. Livrée à elle-même, Letty est rejointe par un ancien soupirant… La dureté des habitants se double d’un environnement hostile, rythmé par d’hallucinantes tempêtes de sable qui ponctuent le film d’une manière remarquable. C’est un drame puissant assez lourdement chargé en métaphores : le vent qui souffle en permanence symbolise ici la concupiscence masculine à laquelle la jeune fille se refuse. Tourné aux États-Unis en 1928 dans le désert de Mojave, ce film fut réalisé dans des conditions extrêmes particulièrement éprouvantes pour les acteurs, du fait de la chaleur (50°C) et du vent constant créé par huit moteurs d’avion qui projetaient parfois des cendres incandescentes sur les acteurs… Les films de Sjöström attireront l’attention de l’avant-garde française des périodes de 1923 et 1930 grâce à leur réalisme minutieux, au jeu subtil des acteurs – dont l’expressivité des visages reflète la psychologie des personnages – et à l’utilisation audacieuse des paysages. The Wind est un chef d’oeuvre du cinéma muet au souffle lyrique bouleversant qui a inspiré une partition brillante au compositeur et chef d’orchestre Etienne Meyer. Il dirige ici un ensemble pour le moins original : violon et violoncelle baroques, cornet à bouquin, piano et percussions qui soulignent à la perfection et en direct ce film puissant dont on ressort quelque peu décoiffé…

 

JudithThe Wind – Les 2 Scènes