Notre 7è Opus discographique, consacré aux madrigaux de Domenico Mazzocchi (Rome, 1638), est sorti en avril dernier. Vous pourrez le commander à la boutique Oh des Disques en suivant ce lien… Bonne écoute !

La vie et la carrière de Domenico Mazzocchi sont l’exemple même de la condition aisée et mondaine d’un musicien cultivé à Rome au 17è siècle. La protection des familles Aldrobrandini,  Barberini, pamphilij et Borghese lui vaut une réputation tenace de musicien dilettante,  d’autodidacte ou d’amateur : si cette condition de gentilhuomo le tient en effet à l’abri des soucis financiers,  s’il n’est attaché à aucune chapelle ou institution musicale,  Domenico Mazzocchi n’en est pas moins un érudit,  historien passionné par l’antiquité,  un lettré et un musicien « poète » très attaché au choix de ses textes  : Virgile,  Petrarche,  Le Tasse…

  Son œuvre musicale reflète parfaitement la richesse de la culture romaine de l’époque.  Mazzocchi est également soucieux d’indiquer de manière très précise la manière d’interpréter ses œuvres : ces Madrigali à 5 datant de 1638 donnent de précieuses indications en matière de signes dynamiques, d’expression et de nuances. Mazzocchi est l’un des premiers à noter par les termes cresc,  dim,  p ou f au cœur de l’ouvrage.  Il donne également une définition très utile des messa di voce,  écho,  trilli ou enharmonies et chromatismes.  Domenico Mazzocchi,  gentilhomme di naturale modestia e gentilezza di maniere,  contribue par l’écriture de ces madrigaux à l’évolution de la musique de son temps,  dans la lignée de Caccini et à la suite de Claudio Monteverdi,  à servir la cause de la Seconda Prattica, sa devise étant : l’oratione sia padrone del armonia e non serva (que l’art oratoire soit le maître de l’harmonie, et non son serviteur).

Plus d’extraits ? 

Direction – Étienne Meyer Soprano – Capucine Keller, Dagmar Šašková, Anne Magouët Alto – Maximiliano Baños Ténor – Vincent Bouchot, François-Nicolas Geslot Basses– Renaud Delaigue, Alejandro Meerapfel Violon – Béatrice Linon Cornet à bouquin & direction artistique – Judith Pacquier Cornet à bouquin & flûte à bec – Liselotte Emery Basson & flûte à bec – Monika Fischaleck Viole de gambe – Marion Martineau, Christine Plubeau Archiluth– Matthias Spaeter Théorbe & guitare – Magnus Andersson Harpe baroque italienne – Giovanna Pessi Clavecin & orgue – Laurent Stewart

 

 

 

JudithDomenico Mazzocchi, Prima le Parole