Etienne Meyer, direction

 Chef et compositeur, Etienne Meyer suit une formation musicale poussée dans les conservatoires de Metz, Nancy et Luxembourg, puis intègre un double cursus au CNSMD de Lyon en direction et écriture musicale. Il y obtient son DNESM en 2001. Il est actuellement chef de chœur de l’École Maîtrisienne Régionale de Bourgogne (Maîtrise de Dijon), qui a pour vocation la formation au chant choral à haut niveau. Il assure ainsi avec son équipe pédagogique la formation musicale de 250 enfants en moyenne par année, du C.P à la 3è, avec un projet centré sur l’épanouissement de l’enfant par le chant. Reconnu pour l’excellence de son travail pédagogique, il a été chargé de cours à la faculté de Saint-Etienne et au CNSMD de Lyon. Il est également invité par l’académie Frédéric Chopin (Varsovie) pour des masterclass sur le répertoire de la musique ancienne. Il prépare de manière régulièrement les chanteurs des Solistes de Lyon – Bernard Tétu, et a pu ainsi collaborer avec Rinaldo Alessandrini, l’Orchestre National de Lyon ou encore les chœurs de l’Opéra de Lyon. Compositeur de formation et passionné par le cinéma et les films muets, Etienne Meyer consacre une partie de ses activités à la création de musique à l’image. Sélectionné en 2003 par le Festival International d’Aubagne pour le prix de la création, il compose depuis des œuvres originales pour petits et grands effectifs. Il dirige l’orchestre de Basse-Normandie en 2008 sur sa musique pour Le fantôme de l’Opéra pour chœur et orchestre.

Anne Magouët, chant soliste & technique vocale

Après des études littéraires et musicales complètes en tant qu’altiste, Anne Magouët, débute le chant au Conservatoire National de Région de Nantes où elle obtient des médailles d’or en chant, musique ancienne, art lyrique et un prix de perfectionnement en chant et en art lyrique dans la classe d’Annie Tasset. Elle se perfectionne ensuite avec Alain Buet. En 2013, elle est intronisée dans la Confrérie des Chevaliers du Tastevin. Elle se produit tant en récital qu’en soprano solo, invitée par des ensembles tels que Stradivaria, les Traversées Baroques, les Ombres, Concerto Soave, la Grande Ecurie et la Chambre du Roy, les Folies Françoises, les Passions, Mensa Sonora, le Galilei Consort, les Sacqueboutiers de Toulouse, Pierre Robert, le Poème Harmonique, Sit Fast, Jacques Moderne, le Concert Spirituel, et bien d’autres. Parallèlement à son répertoire classique qui s’étend de la Renaissance à la musique contemporaine, elle a participé à divers projets avec des musiciens de jazz, dont David Chevallier (Gesualdo Variations, Double Dowland, Sit Fast & Fear Not, Emotional Landscapes), Alban Darche, Dominique Pifarély, Marc Ducret ainsi que le pianiste Gerardo Jerez Le Cam.

Capucine Keller, chant soliste & technique vocale

Capucine Keller (soprano) a pour passion l’expression des émotions parle chant et utilise le texte pour transmettre toute la sensibilité d’une oeuvre musicale. Elle aime faire passer le public du rire aux larmes, peu importe le style de la musique et ne recule devant aucune expérience, que ce soit un récital à 6h du matin, chanter quinze mètres de haut ou encore passer du baroque au jazz en un seul et même concert. Après un premier diplôme en Musicologie et Histoire des Religions en 2007, Capucine Keller obtient en 2010 un Bachelor of Arts avec les félicitations du jury et le prix d’excellence, puis en 2012 un Master d’Interprétation à la Haute Ecole de Musique de Lausanne dans la classe de Brigitte Balleys. Sur scène, elle interprète les rôles de Valletto (L’Incoronazione di Poppea de Monteverdi), Ninfa, La Musica et Euridice (Orfeo de Monteverdi), de la Second Witch et de la Second Woman (Dido and Aeneas de Purcell), de Vittoria Archilei, Anfitrite et Armonia (La Pellegrina), d’Eurydice (Orphée aux Enfers d’Offenbach) de La Folie et de Clarine (Platée de Rameau), mais aussi les rôles principaux de deux créations contemporaines : Alice et les sortilèges (rôle d’Alice), une oeuvre de Robert Clerc commandée par l’Orchestre de Chambre de Lausanne et Psychose 4.48 (rôle d’« Elle ») de Blaise Ubaldini.  Ayant une affinité particulière pour la musique baroque, elle participe à la 20e Académie baroque européenne d’Ambronay en 2013, et travaille avec plusieurs ensembles de musique ancienne : Chiome d’Oro, dont elle est l’un des membres fondateurs, mais également la Cappella Mediterranea, Elyma, Clematis, Correspondances, Pygmalion, les Alizés, les Traversées Baroques, Clément Janequin, ou encore Geneva Camerata. Depuis 2010, elle participe à de nombreux enregistrements, dont son premier disque solo en 2014, Théâtre du Monde, avec l’ensemble Chiome d’Oro. Ne se limitant pas qu’à un seul style de musique, Capucine Keller aime varier les plaisirs, chantant la saison dernière également dans des projets aussi divers qu’un concert Berlioz avec le Concert Impromptu, des récitals piano/chant de mélodies françaises ou russes, la création des mélodies de Massimo Pinca sur des poèmes de Wilfred Owen avec l’ensemble Tarka (concerts et enregistrement) ou participer à de nombreux concerts en tant que soliste avec différents choeurs. Capucine Keller est lauréate des bourses Friedl Wald en 2010 et Colette Mosetti en 2011 et en 2012. Elle fut également choisie pour représenter la Suisse au prix Jeune Soliste 2013 des Radios Francophones Publiques (R.F.P.) et fait partie des solistes recommandés par la Société Française de Chefs de Choeurs en 2015.  Depuis 2015, Capucine Keller est également la directrice artistique du Festival La Folia à Rougemont (Suisse). En 2016, on la verra sur scène dans les rôles de Speranza (Giona de Bassani) avec Chiome d’Oro au festival d’Ambronay, de Ninfa (Orfeo de Monteverdi) avec Les Traversées Baroques à l’Opéra de Dijon et de Giaconda (La Critica de Jommelli) avec Concerto Stella Matutina pour une tournée autrichienne.

Sophie Toussaint – Primard, chant soliste & technique vocale

Après des études de violon et une Maîtrise de musicologie, Sophie Toussaint-Primard se tourne vers la Musique Ancienne et pratique le chant et la flûte à bec (médaille d’or et certificat de pédagogie au CRR de Tours, DE de musiques anciennes). Elle est l’élève d’Alain Buet et de Sophie Hervé auprès de qui elle s’est formée à l’enseignement de la pédagogie du chant. Elle enseigne à présent le chant et la technique vocale à la Faculté de Musicologie et au CESMD de Poitiers. Soliste et polyphoniste dans des ensembles comme Les Elements, Arsys Bourgogne, Jacques Moderne, Ludus Modalis, elle travaille aussi régulièrement avec l’ensemble Clément Janequin, Akadêmia, Ars Antiqua de Paris… Depuis 1989, elle fait de nombreux concerts, enregistrements discographiques et master-class  dans le monde entier (Europe, Etats-Unis, Amérique du sud, Asie, Moyen-Orient..)

Jeanne Bernier, assistante chef de chœur

Parallèlement à sa formation en cours au CNSMD de Lyon, Jeanne Bernier travaille dans les domaines suivants : chef de chœur à l’ensemble vocal Résonances (Dijon), chef de chœur de l’ensemble Arpège (à cœur Joie, Lyon), assistante chef de chœur de l’ensemble de chambre Imagô (Lyon), chanteuse dans le chœur Britten (direction Nicole Corti, Lyon), enseignante pour le chant auprès des jeunes de la Maîtrise de la cathédrale de Lyon, enseignement du chant choral, de la formation musicale et de l’éveil musical à l’école de musique du 7e arrondissement de Lyon. 

Clémence Schaming, violon baroque

Après ses études au Conservatoire de Strasbourg, où elle obtient ses médailles d’or à l’unanimité de violon et de musique de chambre, elle poursuit sa formation à la Musikhochschule de Freiburg en Allemagne. Elle développe alors son expérience de l’orchestre en rejoignant les rangs du Philharmonisches Orchester Freiburg pendant deux ans. Son intérêt pour la musique ancienne la pousse à se spécialiser, en intégrant la Schola Cantorum Basiliensis de Bâle où elle travaille le violon baroque auprès de David Plantier. Sa double formation lui permet de se produire en orchestre et en musique de chambre avec des ensembles très variés, notamment avec le Concert d’Astrée, la Chapelle Rhénane, Geneva Camerata, les Talens Lyriques.Elle explore plus récemment le répertoire classique au sein du Quatuor 1781. En parallèle à ses activités de concert, elle s’investit sur scène avec enthousiasme dans des projets de création pluridisciplinaires.

Judith Pacquier, cornet à bouquin & flûte à bec

Passionnée par la musique italienne du début du 17è siècle, et après des études de flûte à bec, d’analyse, et d’histoire de la musique, Judith Pacquier se consacre très rapidement à son instrument de prédilection : le cornet à bouquin. Elle suit l’enseignement de W. Dongois et de J.-P. Canihac, dont elle intègrera la classe au CNSMD de Lyon pour y obtenir son DNESM en 2001. Concertiste reconnue, elle poursuit une carrière d’instrumentiste au sein de nombreux ensembles européens dont elle partage régulièrement les activités de concerts et de créations discographiques. Passionnée par l’enseignement et la transmission, elle a dirigé de 2000 à 2013 le Conservatoire Itinérant, projet novateur proposé par les Chemins du Baroques dans le nouveau monde (A. Pacquier, L. Lissot). Entourée d’une équipe pédagogique à géométrie variable, elle a ainsi pu assurer le développement et le rayonnement de la pratique des musiques anciennes sur tout le continent latino-Américain et au delà, en passant par Cuba, le Paraguay, la Bolivie, le Mexique, le Pérou, la Colombie ou encore l’Equateur. Des centaines de jeunes musiciens ont ainsi pu découvrir la musique du premier baroque italien ainsi que la musique baroque latino-américaine. C’est forte de cette expérience qu’elle est régulièrement invitée pour donner des masterclass sur le cornet à bouquin, l’improvisation et la musique d’ensemble. Elle est professeur de cornet à bouquin au sein du département de musique ancienne du conservatoire de Tours.

Laurent Stewart, clavecin et orgue

Après des études à Vérone puis à Lille où il obtient ses 1ers prix de clavecin et de musique de chambre, il se perfectionne auprès de Jos van Immeseel au conservatoire Royal d’Anvers. Parallèlement, il étudie l’orgue avec Jean Boyer. Récitaliste régulièrement invité par de grands festivals internationaux, il participe à de très nombreux concerts au sein des ensembles La Fenice, Akadêmia, Ricercar consort, Clément Janequin, Les Traversées Baroques, le Poème Harmonique et d’autres encore. Il a participé à une soixantaine d’enregistrements discographiques avec ces différents ensembles. Ses enregistrements solistes ont tous reçu une excellente critique ainsi que de nombreuses distinctions.

Jean-Michel Weber, sacqueboute

Jean-Michel Weber enseigne au Conservatoire à Rayonnement Régional de Dijon et au Pôle d’Enseignement Supérieur de la Musique de Bourgogne. Il commence son apprentissage musical au conservatoire de Dijon puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient un premier prix de trombone en 2006. Il se formera ensuite à la musique ancienne au CRR de Tours. Ouvert à de nombreux répertoires, il collabore avec des musiciens et des orchestres ou ensembles aux aspirations musicales variées (Pierre Boulez, Heinz Holliger, Emmanuel Krivine, Hervé Niquet, Jean-Claude Cassadesus, Orchestre de l’Opéra de Paris, Orchestre du Capitole de Toulouse, Orchestre d’Île de France, Orchestre de chambre de Prague, ensemble intercontemporain, Ars Nova, 2e2m, ensemble Matheus, compagnie Outre-Mesure…). Il a également occupé pendant dix années le poste de tromboniste co-soliste à l’orchestre Pasdeloup (Paris). 

Ronald Martin-Alonso, viole de gambe

Ronald Martin Alonso est sans aucun doute l’un des artistes le plus intéressants de la scène musicale baroque actuelle. Avec un parcours aussi riche qu’improbable cet artiste raffiné, d’une élégance chaleureuse et d’une profonde sensibilité nous séduit avec son univers singulier. L’histoire de Ronald Martin Alonso ressemble à un roman. Né à l’Havane dans  un milieu modeste, il est depuis son plus jeune âge attiré vers là musique. Sa mère remarque le talent de son enfant et l’inscrit à l’école de musique où il étudie la guitare et la contrebasse. Mais c’est après être diplômé de ces deux instruments, lorsqu’il a 20 ans, que sa vie bascule. Il se rend au Festival de cinema français de La Havane pour  visionner « Tous les matins du monde »  et il est immédiatement boulversé par la viole de gambe et la musique qu’il venait d’entendre. Il faut se remettre dans le contexte: on est à la fin des années 90 et Cuba commence à peine à se relever de la fameuse « Período especial » la très sévère crise économique qui a mis tout le pays à genou. A Cuba il existait un seul ensemble de musique baroque mais aucune partition ni méthode pour apprendre la viole de gambe. Ronald se rend systématiquement au cinema pour apprendre en écoutant la bande sonore du film. Et il réussi! Aucun obstacle n’était plus fort que sa passion pour cet instrument. Très vite il intègre l’ensemble Ars Longa (Teresa Paz) où il débute sa pratique de la viole et avec lequel il enregistre plusieurs disques de musique baroque latino-américaine primés par la critique spécialisée (Diapason d’Or, Choc du Monde de la Musique, ffff Télérama, 10 de Répertoire). L’ensemble collabore alors avec les chefs Claudio Abbado, Gabriel Garrido, et réalise de nombreuses tournées en Europe. Sa passion l’amène à s’installer en France en 2003. Ce pays et particulièrement Paris représentent depuis l’enfance de Ronald Martin le sommet de l’art, du raffinement et de la beauté. Il est diplômé avec les félicitations du jury à l’unanimité en viole de gambe et en musique ancienne aux Conservatoires de Paris et de Strasbourg, où il reçoit l’enseignement d’Ariane Maurette, Rebeca Ruso, Martin Gester et Jean Tubéry. Il a participé à des masterclasses sous la direction de Gabriel Garrido, Michel Laplénie, Christophe Coin, Marianne Müller et Jordi Savall. Il est lauréat de plusieurs concours internationaux de musique de chambre avec l’ensemble Stravaganza : Prix du public et des médias, et 3ème Prix, Premio Bonporti (Roveretto, Italie 2011) Prix Spécial De Graaf Unico, Van Wassnaer Competition (Amsterdam, 2011), Prix Franz Josef Aumann, Concours International HIF Biber (Autriche 2012). Il collabore avec les ensembles Cappella Mediterranea (Leonardo García-Alarcón), Les Traversées Baroques (Etienne Meyer), Il Festino (Manuel de Grange), Fuoco e Cenere (Jay Bernfeld), Stravaganza (Thomas Soltani), La Chapelle Rhénane (Benoît Haller), Il Caravaggio (Camille Delaforge), Les Métaboles (Léo Warinsky), Le Stagioni (Paolo Zanzu) et se produit dans les plus importantes salles de concert et festivals en France et à l’étranger (Opera de Paris, Opéra Royal de Versailles, Concertgebouw Amsterdam, Teatro Colon…). Il enregistre pour les labels Alpha classics, K617, Accent, Ambronay éditions, Musica ficta, Glossa, Paraty, Ricercar, Muso, Aparté, Hortus et Brilliant Classics. Depuis 2014, Ronald est directeur artistique de l’ensemble Vedado, avec lequel il réalise ses projets musicaux allant de la musique baroque à la création contemporaine autour de la viole de gambe. En 2015, l’ensemble Vedado enregistre son premier disque Les folies humaines consacré aux pièces pour viole seule de Marin Marais. Il se produit en récital en Europe et à Cuba, dans des programmes construits comme des passerelles entre passé et présent, entre ancien et nouveau monde. Avide de recherche sonore et de découverte, Ronald Martin Alonso collabore régulièrement avec les compositeurs contemporains. Son deuxième enregistrement, Dialogues, sorti en septembre 2020 chez Paraty, met en résonance les pièces pour viole seule de Sainte-Colombe et des œuvres contemporaines de Philippe Hersant.

JudithCv professeurs ateliers 2021